CHILI

Imaginez une bande de terre, longue comme un fil, un fil qui courrait sur 4000 km. Un pays qui commencerait au nord dans un printemps austral et s’achèverait dans le gel et la glace de l’Antarctique. Un pays longé de part et d’autre par la Cordillère des Andes et par la houle de l’Océan Pacifique.

Le Chili. L’époustouflant Chili. Oui, époustouflant. Epoustouflant par son désert d’Atacama, dont certaines zones n’ont pas connu de pluies depuis près de 100 ans.

L’île de Pâques ? Elle est chilienne. Son premier nom européen est Paaseiland, mais elle est bien chilienne. Sur cette île, les habitants célébraient le culte du fabuleux Maké-Maké, le roi des Dieux. Il était représenté sous la forme d’un homme à tête de sterne.

Il y a au Chili un Grand Nord et un Petit Nord. Il y a aussi le manjar, que les gourmands appellent aussi Dulce de Leche. Et le sirop d’érable local, le sirop de palmier. Et surtout, il y a la renversante et éternelle Margot Loyola et sa guitare.

Une terre de poésie, au sens littéral du terme. Les hommes et femmes l’écrivent et la chantent.

Oh ! Mais il y a Valparaiso. La petite San Francisco, l'appelait-on avant. Une ville de bord de mer, avec un funiculaire aux couleurs rigolotes. Une ville où il est doux de tomber amoureux. Scène vécue.

 

 LITTERATURE | CHILI

La perle

 

L’enfant qui devint fou d’amour est un roman d’Eduardo Barrios. Pardon, une perle d’Eduardo Barrios. C’est l’histoire d’un enfant, un “teen” et de sa passion amoureuse secrète pour Angelica. Les médisants diraient un fragile, nous dirions un sensible.

Le texte est court et s’il se lit facilement, il n’en est pas pour autant simple. Il est merveilleux et parfois douloureux d’assister à l’éveil des sentiments et à la naissance des premières déceptions. Eduardo Barrios raconte en ces quelques pages, une réalité que nous avons tous vécue.

 

  CINEMA | CHILI

Le maître sacrifié

 

Certains prénoms prédestinent-ils au génie ?  Des prénoms comme Johnny, Raphaël, Pablo ? Arrêtons-nous sur un Pablo, pris tout à fait au hasard parmi un millier de Pablo au Chili.

Pablo Neruda accède à la notoriété à l’âge de 19 ans : il vient d’achever “Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée”. Il devient plus tard diplomate et homme politique et jamais ne cesse d’écrire.

Il alterne entre récits épiques et amoureux et tonitruantes déclarations engagées. Son soutien à Salvador Allende lui vaudra de voir sa maison saccagée, et à lui-même un assassinat probable par le gouvernement Pinochet en 1973.

Il vit encore, en nous et ses leçons aussi “Il meurt lentement, celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves. Vis maintenant ! Risque toi ! Agis tout de suite ! Ne te laisse pas mourir lentement ! Ne te prive pas d'être heureux”

 

 MUSIQUE | CHILI

L’étoile exilée

 

Nicolas Jaar est le fils d’Alfredo Jaar, un artiste chilien. Il est né à New York et revendique souvent la place que le Chili a eu dans son développement personnel et artistique.

Nicolas Jaar est un aigle, précoce et exigeant. Révélé très jeune, à l’âge de 20 ans. Sa musique peut être parfois expérimentale, même opaque. Elle est toujours sincère et courageuse. S’il produit beaucoup, il choisit de ralentir, d’étirer les rythmes. Ralentir les ondes, c’est faire danser avec lenteur, douceur. Et ainsi créer une nouvelle sensualité, peut-être plus délicate.

L’âge lui réussit : le grand timide lève la tête en concert et dit bonsoir au public. C’est beau et chaud. Il n’a que 27 ans. Enthousiasmant, non ?

 

 MUSIQUE | CHILI

 

Rêvons de Valparaiso