NYC

Nouvelle York. 
On vous parlera toujours de New York de la même manière, tellement insipide : « Il y a une énergie là-bas, c’est dingue ! ». Mais pourquoi cette ville dégage t-elle cette énergie ?

Peut-être parce que New York s’est battue pour exister. D’abord territoire vierge, celui des indiens Lenapes, elle est devenue française sous le nom de Nouvelle-Angoulême, puis néerlandaise en étant Nieuw Amsterdam. Elle devint anglaise et New York en 1664, et enfin américaine en 1783. 

Comme un aimant, la ville attire les Européens, les Africains-Américains, les Latinos, les Asiatiques, les Africains. New York fascine car elle est Babel : la ville monde, celle dans laquelle tous les hommes et les femmes de la planète se comprennent. 170 langues, 36% d’habitants nés à l’étranger. Vertigineux. New York fascine car chacun d’entre nous pourrait être, devenir New Yorkais.

 FILM | NYC

Le Grand : I am not your negro

Ce film raconte l’histoire d’un livre qui n’aura jamais été écrit. Né à New York, James Baldwin est noir, pauvre et homosexuel. Raoul Peck nous présente dans ce film documentaire un homme sensible, capable de comprendre les deux communautés, noire et blanche, les peurs et les rancoeurs, les désirs et les espoirs.
Jimmy, comme on l’appelle souvent, avance seul, en marge de la lutte pour les droits sociaux mais n’est pas inactif pour autant. Il explique aux uns et aux autres ce qu’ils ont de commun et ce qui les oppose, et donne à la question raciale des réponses qui font chavirer l’âme. A voir. Puis à lire, en commençant par « The fire next time ».

 

 LITTÉRATURE | NYC

L'Incontournable : L’attrape-coeurs, de J.D. Salinger

Oh, Holden, pourquoi ne rentres-tu pas chez toi ? Oeuvre unique dans la littérature américaine, l’Attrape-Coeurs raconte l’errance du jeune Holden Caulfield dans New York. Un ado qui fugue, avec presque rien et une casquette rouge et les rencontres qu’il fait : une prostituée et son mac, des jeunes filles en goguette, un ancien professeur un peu trop amical avec lui. Roman de 1951, accompagné d’un parfum de soufre, L’attrape-coeurs pose la question de grandir dans une Amérique corsetée, à une époque où la jeunesse n’avait que peu de poids. 

 

 FILM | NYC

L'Erudit : Annie Hall

Bavard et séduisant, un peu lent aussi, sans doute un des plus beaux films sur New York. Annie Hall et Alvy Singer cuisent du homard et vont voir des films européens, parlent d’amour, de sexe et de l’identité juive. Le film est profond et léger, personnel et universel, névrosé et apaisant. 

 MUSIQUE | NYC

Le Vertigineux : Empire State of Mind

 

 Tube incontestable de l’année 2010, Empire State Of Mind est le New York New York du hip hop. Porté par Jay-Z et Alicia Keys, deux enfants de New York ce titre est une cathédrale. On y croise Frank Sinatra et Robert de Niro, Afrika Bambataa et des casquettes des Yankees, dans les rues de la « Concrete Jungle ». New Yorkais parce qu’époustouflant, New Yorkais parce qu’enthousiasmant, New Yorkais parce qu’intimidant.