PORTUGAL

Il y a les plages de l’Algarve, bien sûr ou le vin de Madère. L’âme exploratrice de Fernando de Magalhães ou celle de Vasco de Gama.  Et les succulents pasteis de Belem.  Christiano Ronaldo et ce but inattendu d’Eder, qu’aucun portugais n’oubliera. Les fantômes de João Pedro Rodrigues et les tabous de Miguel Gomes, qui suivent les magies de Manoel de Oliveira ou de Raul Ruiz. La devise de la capitale : "Lisbonne, ville de la tolérance".

Une langue ronde et généreuse. Aucune peur devant les couleurs vives : des murs jaunes, roses ou bleus. Des oeillets et une révolution. Une kyrielle d’édifices religieux et de nombreux penseurs anarchistes et écrivains pleins de spleen comme Fernando Pessoa. Encore du vin, mais de Porto cette fois. La grotte de Benagil ! Le tramway de Lisbonne et le fado. Et la voix d’Amalia Rodrigues, Reine du Fado.

Nous pourrions continuer cette liste. Alors qu’il ne faut parler que d’une chose, de ce mot intraduisible. Une émotion, presque unique au monde. La saudade. Quand le coeur rouge est serré d’épines. Quand le sourire s’accompagne d’un soupir. Une nostalgie douce et délicieuse. L’espoir que vous souhaitiez revenir au Portugal. 

 

 PHOTOGRAPHIE | PORTUGAL

Le Portugal de Joao Bernardino

Joao Bernardino

joao bernardino

joao bernardino

joao bernardino

joao bernardino

 

 MUSIQUE | PORTUGAL

Deolinda le bijou pour commencer la playlist 13 titres

C'est la deux mille trois cent trente deuxième écoute. Un frisson me traverse, encore. Guitares et contrebasse accompagnent la voix mélodieuse de Ana Bacalhau, qui chante le quotidien lisboète dans un fado très pop. Véritable révélation. 

Sur le même sujet

  • PORTUGAL
    PORTUGAL

    Le nouveau président français ? Le début de Cannes ? On vous révèle LA breaking news. #breakingnews : Sofa Sofar dévo...